Facilitation parasympathique et sympathique en utilisant le laser rouge Erchonia 635nm et le laser violet Erchonia 405nm

Étude : Comment fonctionnent les lasers froids

Le système nerveux autonome est composé des systèmes sympathique et parasympathique et est en activité constante pour fournir l’adaptation physiologique appropriée dans chaque système du corps. Il est impossible d’avoir un « tonus » sympathique et parasympathique approprié dans le corps si un processus de maladie est présent. Sur le plan neurologique, le système parasympathique est constitué des nerfs crâniens III, VII, IX et X ; les nerfs parasympathiques sacrés comprennent les nerfs S2-S4 et parfois S1. Près de 75 % de toutes les fibres nerveuses parasympathiques se trouvent dans le nerf crânien X (le nerf vague) qui traverse toute la région thoracique et abdominale du corps. La répartition générale des nerfs parasympathiques comprend ;

 

  •  CN III aux sphincters pupillaires et aux muscles ciliaires de l’œil
  • CN VII aux glandes lacrymales, sous-mandibulaires et nasales
  • CN IX à la glande parotide
  • CN X au cœur, aux poumons, à l’œsophage, à l’estomac, au foie, à la vésicule biliaire, au pancréas, à tout l’intestin grêle, à la moitié proximale du côlon et à la partie supérieure des uretères.
  • (S1) S2-S4 se répartissent dans le côlon descendant, le rectum, la vessie, les parties inférieures des uretères et les organes génitaux externes.

 

Sur le plan neurologique, le système sympathique est constitué des nerfs spinaux T1-L2. Les distributions des nerfs sympathiques se chevauchent beaucoup mais comprennent généralement (Guyton 9e édition, page 770) ;

  • Les T1 passent généralement au cœur et à la tête
  • T2 dans le cou
  • T3 -T6 dans le thorax
  • T7-T11 dans l’abdomen
  • T12-L2 dans les jambes

 

Lorsque la stimulation sympathique excite un organe particulier, le contrôle parasympathique l’inhibe (et vice versa), ce qui démontre que le système nerveux autonome fonctionne comme un système de freins et de contrepoids. La plupart des organes sont sous le contrôle dominant de l’un ou l’autre. Il ne semble pas y avoir de généralisation pour déterminer si le contrôle parasympathique ou sympathique provoquera une excitation ou une inhibition. C’est pourquoi il est important pour la pratique clinique de comprendre les effets du contrôle autonome sur l’ensemble des systèmes du corps. Le tableau 60-2 de la 9e édition de Guyton, page 775, présente une compréhension de base de l’excitation et de l’inhibition des systèmes nerveux sympathique et parasympathique. Ce système de contrôle réciproque est perturbé par des signaux de communication incorrects dus à des subluxations de vertèbres, un couple myofascial, des déséquilibres chimiques (toxines et appauvrissement en nutriments), un stress électromagnétique et une mémoire cellulaire incorrecte due à des engrammes. Le résultat final est une dégénérescence des systèmes qui se traduit par des blessures et des maladies. Le laser Erchonia s’est avéré incroyablement bénéfique pour la réparation des blessures et des maladies créées par ces stress en améliorant le fonctionnement des cellules et les modèles de communication cellulaire appropriés. Le besoin constant de maintenir cet équilibre est vital pour la santé du corps au quotidien.

 

La série Erchonia PL est un laser rouge de longueur d’onde 635 nm avec une puissance de sortie de 5 mw. Les différents modèles ont une variation de diodes et de capacités de fréquence. Dans toutes les notes, toutes les références au laser rouge se rapportent à l’Erchonia PL5000, sauf indication contraire. Dans toute blessure (aiguë ou chronique, entorse, foulure, fracture) ou dégénérescence viscérale, il y a des dommages aux tissus. Il est plus exact de dire qu’il y a des dommages aux cellules. Chaque fois qu’une cellule est endommagée, les 100 mitochondries par cellule sont endommagées. Les mitochondries sont la « centrale électrique » des cellules et produisent l’ATP qui est nécessaire au processus d’amélioration de la vie de chaque cellule. Chaque mitochondrie contient de nombreuses copies d’ADN, appelé ADN mitochondrial, ou ADNmt. L’ADN mitochondrial est séparé et distinct de la copie de l’ADN nucléaire de la cellule. Notre ADN mitochondrial provient de notre mère et est identique à l’ADN mitochondrial de notre mère. L’ADN mitochondrial (ADNmt) code pour 13 protéines et 24 molécules d’ARN nécessaires à la production d’énergie par les mitochondries (ATP…adénosine tri-phosphate). La vitesse et la qualité de la récupération après une blessure dépendent de la cellule pour réparer et produire de l’énergie (ATP). La vitesse et la qualité de la récupération après une blessure dépendent de la capacité de la cellule à réparer et à produire de l’énergie (ATP).

Les effets de la thérapie laser à bas niveau (3LTTM) sont photochimiques (froids), et non thermiques. Dans le monde médical, les lasers chauds sont utilisés pour la précision chirurgicale, tandis que les lasers froids sont utilisés pour la précision de la guérison. Lors du traitement des tissus par le faisceau laser, une interaction entre les cellules et les photons se produit, une réaction photochimique. Les photons du laser affectent le tissu au niveau cellulaire. Le laser froid pénètre dans le tissu, modifie la perméabilité de la membrane cellulaire et, au niveau cellulaire, est absorbé dans les mitochondries de la cellule, ce qui entraîne des changements physiologiques tels que :

 

  • Croissance cellulaire rapide. Le laser accélère la reproduction et la croissance cellulaire.
  • Guérison plus rapide des blessures. Le laser stimule le développement des fibroblastes dans les tissus endommagés. La réduction du temps de guérison est un facteur important.
  • Augmentation de l’activité métabolique. Le laser aide l’organisme à augmenter la production d’enzymes spécifiques, à apporter plus d’oxygène aux cellules sanguines et à induire une réponse immunitaire plus efficace.
  • Réduction de la formation de tissus fibreux. Le laser réduit la formation de tissu cicatriciel à la suite de lésions tissulaires dues à des coupures, des éraflures, des brûlures ou à la suite d’une opération chirurgicale.
  • Action anti-inflammatoire. Le laser réduit le gonflement causé par les ecchymoses ou l’inflammation des articulations afin d’améliorer la mobilité des articulations.
  • Augmentation de l’activité vasculaire. Le laser stimule la circulation de la lymphe et du sang, pour permettre aux tissus affectés d’avoir la meilleure circulation possible.
  • Stimulation de la fonction nerveuse. Un rétablissement lent de la fonction nerveuse dans les tissus endommagés peut entraîner la mort de membres ou l’engourdissement de certaines zones. Le laser accélère le processus de reconnexion des cellules nerveuses pour ramener les zones engourdies à la vie. Le laser augmente également l’amplitude des potentiels d’action pour optimiser l’action des muscles.

 

Ces changements physiologiques affectent les macrophages, les fibroblastes, les cellules endothéliales, les mastocytes, la bradykinine, les taux de conduction nerveuse et les voies de communication de l’énergie à travers le réseau fascial (matrice vivante à cristaux liquides). L’énergie transférée à la cellule peut augmenter son énergie cinétique, et activer ou désactiver des enzymes ou modifier les propriétés physiques ou chimiques des principales macromolécules.

 

Le laser Erchonia Derma est un laser violet qui fournit une longueur d’onde de 405 nm avec une sortie de 35 milliwatts dans une seule diode laser ; conjointement, le laser Erchonia Derma fournit également un laser rouge de 635 nm de longueur d’onde avec une sortie de 5 milliwatts dans une seule diode laser. Le laser violet est toujours un laser froid, à une longueur d’onde différente. Le laser violet semble avoir une réponse au système nerveux sympathique lors de son application initiale sur le système nerveux central (cerveau et moelle épinière), sur les muscles et sur la zone des organes. Cette réaction physiologique du laser violet se traduit par un affaiblissement d’un muscle précédemment fort lorsque le laser est initialement appliqué sur les zones anatomiques mentionnées précédemment.

 

Le système nerveux sympathique est connu pour être impliqué dans l’activité physique anaérobie (métabolisme anaérobie), dont le résultat final est la fatigue musculaire. Un exemple d’application du laser violet d’Erchonia est la 5e racine du nerf cervical dans le cou qui innerve le muscle deltoïde moyen. Avant l’application du laser, on constate que le deltoïde moyen est fort en faisant en sorte que le sujet de l’essai enlève son bras droit sur le côté au niveau de l’épaule. Le praticien applique une pression de plus en plus forte sur le muscle isolé et la force est confirmée. Le laser violet d’Erchonia est ensuite appliqué à la 5e racine du nerf cervical et, lorsque le muscle est testé comme auparavant, le muscle du deltoïde moyen devient faible, quelle que soit la résistance du sujet testé. Cette faiblesse persiste pendant toute la durée de l’application du laser violet d’Erchonia.

 

Cette faiblesse est compensée par l’application simultanée du laser rouge Erchonia 635nm sur la 5ème racine du nerf cervical. Lorsque le muscle deltoïde moyen se renforce, il ne répond plus faiblement à l’application du laser violet.

 

Lors de l’application du laser violet Erchonia, il est proposé que la réponse physiologique soit induite par la stimulation du système nerveux sympathique. Le système nerveux sympathique est activé par la stimulation des récepteurs adrénergiques, sur la membrane cellulaire, connus sous le nom de récepteurs alpha et de récepteurs bêta. Les récepteurs alpha sont divisés en récepteurs alpha 1 et alpha 2 et les récepteurs bêta sont divisés en récepteurs bêta 1 et bêta 2. Lorsque ces récepteurs sont stimulés, cela provoque un changement de conformation dans la structure de la molécule, entraînant ainsi une modification de la perméabilité de la membrane cellulaire à un ou plusieurs ions ou activant ou désactivant une enzyme fixée à l’autre extrémité de la protéine réceptrice à l’intérieur de la cellule concernée. Lorsque le laser violet est appliqué, il stimule le récepteur adrénergique sur la membrane cellulaire, créant ainsi la réponse sympathique à laquelle le corps est incapable de s’adapter au départ, et donc la réponse sympathique de l’affaiblissement musculaire est affichée.

 

Table 60-2 from Guyton 9th edition page 775

OrganeEffet de la stimulation sympathiqueEffet de la stimulation parasympathique
Oeil
PupilleDilatéConstruit
   Muscle ciliaireLégère détente ( vision de loin )Construit ( vision de près )
GlandesVasoconstriction et légère sécrétionStimulation de la sécrétion copieuse (contenant de nombreuses enzymes pour les glandes sécrétrices d’enzymes)
   Nasal
   Lacrimal
   Paroted
   Submandibulaire
Gastronomie
Pancréas
Glandes sudoriparesTranspiration abondante (cholinergique)La transpiration sur la paume des mains
Glandes apocrinesSécrétion épaisse et odoriféranteaucun
Vaisseaux sanguinsLe plus souvent restreintLe plus souvent, peu ou pas d’effet
Coeur
   MuscleRate increaseUn rythme ralenti
Augmentation de la force de contractionDiminution de la force de contraction (en particulier des oreillettes)
Les coronairesDilaté (B2); restreint (a)Dilaté
Poumons
   BronchiDilaté (B2); restreint (a)Construit
 Vaisseaux sanguinsLégèrement restreinte? Dilaté
Gut
   LumenDiminution du péristaltisme et du tonusAugmentation du péristaltisme et du tonus
   SphincterAugmentation du tonus (la plupart du temps)Détendue (la plupart du temps)
FoieLibération du glucoseLégère synthèse de glycogène
Vésicule biliaire et voies biliairesDétendueSous contrat
ReinDiminution de la production et de la sécrétion de rénineaucun
Vessie
   DetrusorDétendue (légère)Sous contrat
   TrigoneSous contratDétendue
PénisEjaculationErection
Artérioles systémiques
Viscères abdominauxConstruitaucun
   MuscleConstruit (adrénergique a)aucun
Dilaté (adrénergique (B2)
Dilaté (cholinergique)
   SkinConstruitaucun
Sang
   CoagulationAugmentationaucun
   GlucoseAugmentationaucun
LipidesAugmentationaucun
Le métabolisme bâloisAugmentation  jusqu’à  100%aucun
Sécrétion médullaire surrénaleAugmentationaucun
Activité mentaleAugmentationaucun
Muscles piloerecteursSous contrataucun
Muscle squelettiqueAugmentation de la glycogénolyseaucun
Augmentation de la force
Cellules graisseusesLipolyseaucun

 

Traitement de phase 1 avec le laser violet à l’erchonia

Réglez le laser violet d’Erchonia sur 9 Hz et 53 Hz. Réglez le laser rouge sur les fréquences d’image miroir ; 9 Hz et 53 Hz. Trouvez d’abord un muscle indicateur fort que le praticien va utiliser en balayant chaque racine nerveuse de C1 au coccyx avec le laser.  Lorsque le praticien attaque la racine nerveuse avec le laser violet et traite simultanément avec le laser rouge, le laser violet surpasse d’abord le laser rouge (uniquement sur une zone stressée), ce qui entraîne l’affaiblissement d’un muscle indicateur précédemment fort. Traitez la zone pendant 10 à 15 secondes et le muscle précédemment affaibli ne sera plus testé comme étant faible ; passez au segment suivant.

 

Traitement de phase 2A avec le laser violet à l’erchonia/corps supérieur

 Réglez le laser violet d’Erchonia sur 9 Hz et 53 Hz. Réglez le laser rouge sur les fréquences d’image miroir ; 9 Hz et 53 Hz. Trouvez d’abord un muscle indicateur fort. Le praticien va effectuer un test de réponse musculaire sur le C1-4 tout en passant au laser sur les segments appropriés. Par exemple, tenir le laser au-dessus de C1/C2 pendant que le patient effectue une flexion/extension. Si le muscle indicateur s’affaiblit, traitez la zone pendant 10 à 15 secondes et le muscle précédemment affaibli ne devrait plus être testé comme étant faible ; passez au segment suivant : flexion latérale C3 et rotation C4.

Effectuer ensuite le test manuel des myotomes (C5-T1) en passant au laser sur le segment associé.

  • C5 – deltoïde moyen
  • C6 – bicep
  • C7 – tricep
  • C8 – fléchisseurs des doigts
  • T1 – les ravisseurs de doigts

Elle peut ensuite être effectuée sur ;

  • Leviers longs du deltoïde moyen/frontal
  • Muscles de la coiffe des rotateurs
  • Pec major/minor
  • Tous les muscles accessoires de l’épaule

 

Traitement de phase 2A avec le laser violet à l’erchonia/corps inférieur

Réglez le laser violet d’Erchonia sur 9 Hz et 53 Hz. Réglez le laser rouge sur les fréquences d’image miroir ; 9 Hz et 53 Hz. Réglez le laser sur le niveau S1 de la racine nerveuse tout en testant le myotome S1. Si le test est faible, passez le laser au-dessus de la racine nerveuse pendant 10 à 15 secondes et revérifiez. Si le test est fort, testez le myotome L5 et déplacez le laser de manière appropriée. Continuez le test et le laser:     L4 myotome

  • L5-S2 – ischio-jambiers
  • L2-L4 – Quadriceps
  • L3 – Sartorius
  • L1-L3 – Iliopsoas

Elle peut ensuite être effectuée sur;

  •             psoas
  •             iliacus
  •             piriformis
  •             adducteurs
  •             ravisseurs
  •             fessier max/medius
  •             etc.

 

Traitement de phase 3 avec le laser violet d’Erchonia/Organes

Réglez le laser violet d’Erchonia sur 9 Hz et 53 Hz. Réglez le laser rouge sur les fréquences d’image miroir ; 9 Hz et 53 Hz. Trouvez d’abord un muscle indicateur fort et le praticien va scanner chaque point de l’organe. Lorsque le praticien attaque la racine nerveuse avec le laser violet et traite simultanément avec le laser rouge, le laser violet surpasse d’abord le laser rouge (uniquement sur une zone sollicitée), ce qui entraîne un affaiblissement d’un muscle indicateur précédemment fort. Traitez la zone en question pendant 10 à 15 secondes et le muscle affaibli précédemment ne sera plus considéré comme faible ; passez à l’organe suivant.

 

Phase 4 : Traitement au laser violet d’Erchonia et émotions

En cas de faiblesse constatée lors d’une épreuve avec le laser violet d’Erchonia, le praticien peut vérifier s’il existe une mémoire tissulaire (émotions) associée. En passant le laser sur une zone, il montre une faiblesse ; continuez à passer le laser et demandez au patient de placer sa main sur son front. Un renforcement immédiat du muscle précédemment affaibli indique qu’il y a une mémoire tissulaire impliquée. Demandez au patient de maintenir sa main sur son front tout en lasant initialement la zone concernée pendant 10 à 15 secondes sur les fréquences de 9 Hz et 16 Hz. Après avoir passé le laser sur la zone concernée, passez également le laser sur le front pendant 10 à 15 secondes. REMARQUE : si le praticien a déjà corrigé des zones avec le laser violet, vous pouvez toujours fournir la correction émotionnelle. Laser sur une zone ; cela ne crée plus d’affaiblissement du muscle indicateur. Ensuite, demandez au patient de placer sa main sur son front et si une émotion est en jeu, le muscle s’affaiblira. Corrigez exactement comme auparavant.

Autres articles...

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Abonnez-vous à notre bulletin d'information

Contactez-nous
Nous sommes en ligne...
Bonjour, vous souhaitez plus d'informations sur nos équipements médicaux